A l’initiative de quelques étudiants, un collectif citoyen s’organise pour venir en aide aux réfugiés et demandeurs d’asile de Lyon et ses alentours. Terre d’Ancrages  a pour but de promouvoir une France solidaire et de permettre aux nouveaux arrivants de s’engager dans la vie de la cité. Loin d’être idéaliste, la démarche au contraire se veut pragmatique et réaliste. Hébergements, expositions, accompagnement de projets: les initiatives se multiplient. Dernière en date : un Paris-Lyon à vélo avec 11 étapes dans des communes et des lieux engagés auprès des réfugiés.

La parole aux premiers concernés

 

“On a des talents, du potentiel à exprimer et à mettre au service de ceux qui en ont besoin. Il faut nous donner une chance de vivre ensemble.”

Par ces quelques mots, Darius, demandeur d’asile arrivé il y a deux ans de République Démocratique du Congo, résume à lui seul la démarche de Terre d’Ancrages. “Ça n’a pas été facile explique le jeune homme, mais avec le temps on commence à se faire accepter.” Au départ il est arrivé à Toulouse, puis après divers imbroglios administratifs, le voici à Lyon. Il vit hébergé par une Église. “J’ai envie de participer à une prise de conscience, de lever certains préjugés et de faire de la pédagogie” C’est pourquoi le 15 Juin il sera aux côtés de bénévoles et d’autres demandeurs d’asile sur son vélo au départ de la Caravane qui reliera Lyon et Paris. Une vingtaine de cyclistes vont faire étape dans 11 communes qui se sont engagées dans l’accueil de réfugiés.

Valoriser une France solidaire et engagée

Maraude Terre d'Ancrages Noël

Une maraude de Terre d’Ancrages

L’idée de ce voyage est née d’une volonté de démystifier l’entraide citoyenne. En partant sur les routes provoquer un maximum de rencontres, demandeurs d’asiles et bénévoles de Terre d’Ancrages veulent partager leur expérience et faire comprendre que les plus gros blocages sont avant tout dans les esprits.

“Accueillir des personnes chez soi ou simplement essayer de les aider est souvent plus simple qu’on le croit”

Raphaëlle, engagée de la première heure, insiste sur sa volonté de témoigner. “Accueillir des personnes chez soi ou simplement essayer de les aider est souvent plus simple qu’on le croit”. Et autant dire qu’elle sait de quoi elle parle. Chez elle cohabitent sa famille, une jeune mineure nigériane et un couple d’Ivoiriens. “Il faut que ceux qui ont vécu cela le partagent, que ceux qui ont eu le courage de se lancer expliquent pourquoi. Parce que oui il faut du courage. Au début je me posais plein de questions: qu’est ce qu’on va penser de moi ? Et pour ma famille est ce que c’est dangereux ? Est ce que ca ne va pas trop peser sur mes enfants ? Et maintenant que j’ai les réponses, je veux encourager tous ceux qui doutent à se lancer.” Alassane et Sonia, le couple qui vit avec elle, abondent dans son sens : “Grâce à cette solidarité j’ai rencontré des personnes avec qui je me sens bien. Je veux parler de la gentillesse des bénévoles qui sont capables de ne faire aucune différences entre eux et nous” explique Alassane. Son épouse poursuit : “Ils nous ont confié leur maison, leurs biens, ils n’ont pas eu peur. On a été accueillis à bras ouverts et moi je suis Ivoirienne, mais maintenant je me sens Française”.

« On a été accueillis à bras ouverts et moi je suis Ivoirienne, mais maintenant je me sens Française. »

Ouvrir sa porte ?

Quand elle a créé Terre d’Ancrages, Claire Lejeune, étudiante, était bénévole pour la Croix Rouge Française. “C’est parti de là, je repérais les difficultés quotidiennes et notamment les problèmes d’hébergement. La majorité des demandeurs d’asile sont à la rue, y compris des femmes enceintes de sept mois et des mineurs”. Alors la jeune femme a commencé par lancer des appels sur les réseaux sociaux, a pris beaucoup de temps pour parler de ces situations autour d’elle, puis le bouche à oreille a permis de lancer les premiers accueils d’urgence. Aujourd’hui, une quinzaine de familles accueillantes ouvrent leurs portes et une soixantaine de demandeurs d’asile ont pu être hébergés en attendant une place dans un Centre d’Aide de Demandeurs d’Asile.

Créer une communauté

Trouver un abri, c’est bien sûr la priorité absolue des personnes en situation d’exil. Mais Terre d’Ancrages va plus loin pour créer des interactions positives entre les habitants de la région lyonnaise et ceux qui ont du laisser leur pays derrière eux. “On veut valoriser les compétences de chacun, et ne plus faire de distinction entre ceux qui aident et ceux qui reçoivent” explique Claire.

L’idée est donc de construire des projets ensemble. Fahimeh, par exemple est artiste (entre autres), elle vient d’Iran et a pu organiser une exposition de ses calligraphies sur les murs de la librairie Virevolte, dans le 5e arrondissement de Lyon. Raphaëlle, bénévole, a, quant à elle, organisé un vide grenier solidaire avec les personnes qui vivent sous son toit,  pour récolter des fonds. Les exemples d’action en commun sont inépuisables, et le projet de voyage à vélo entre Lyon et Paris s’inscrit au coeur de cette démarche.

A la simple évocation de la date de départ, tous les participants affichent un large sourire, dans lequel on devine une pointe de fierté et une grande satisfaction collective. “C’est une belle aventure humaine” conclut Claire avec un calme et une détermination que rien ne semble pouvoir arrêter.

Pour en savoir plus sur la Caravane Terre d’Ancrages et participer au projet, retrouvez notre petit article sur cette aventure.

En savoir plus sur la Caravane Terre d'Ancrages
soirée de noël terre d'ancrages - demandeurs d'asile

La soirée de Noël organisée entre membres de Terre d’Ancrages d’ici et nouveaux arrivants

S’engager avec Terre d’Ancrages, c’est possible !

 

Environ 50 bénévoles font vivre ce collectif avec des formes d’engagement très variés. Chacun y trouve sa place et son utilité !
Hébergement, récolte de vêtements, organisation d’événements… toutes les idées et les bonnes volontés sont bienvenues pour inventer avec les demandeurs d’asile de nouveaux outils au service de la solidarité.

Pour en savoir plus et participer à l’aventure, il suffit d’écrire à Claire et son équipe !

Contactez Claire

 

Vous pouvez aussi suivre les aventures de Terre d’Ancrages  sur Facebook.

Par Alexandra Marie

Join the discussion Un commentaire

Commenter