Qu’ils s’appellent ciné-action, ciné-défi, ou le nom que vous voudrez bien leur donner, qu’on les organise avec ses amis, ses collègues, ses voisins, ou même des inconnus, dans son salon, une salle de cinéma ou à la MJC, leur principe est toujours le même : projeter un documentaire qui donne envie d’agir et de parler des actions possibles. Et ils pourraient même constituer la manière la plus efficace d’embarquer un maximum de monde dans la transition. Alors, à quand des ciné-défis dans tous les quartiers ?

Au commencement était un film

L’objectif est de « faire déclic, de rentrer en dialogue, à travers le film, avec des personnes que l’on ne connaît pas et qui ne sont pas forcément très sensibilisées », résume Florian Santos,  heureux organisateur de deux « ciné-actions » avec En quête de sens puis Artistes de la vie, en décembre dernier. Et pour cela, il faut un documentaire qui inspire, qui donne envie d’agir et qui ne soit pas trop long, pour laisser la place aux échanges. Le film peut aussi choquer ou montrer ce qui ne va pas, mais il ne doit pas laisser penser qu’aucune solution n’est possible.

Trouver un lieu, et peut-être une équipe

Une fois le film choisi, reste à trouver le lieu où le projeter. Une solution pratique, pour toucher une dizaine ou quinzaine de personnes, reste de mobiliser son propre salon ou celui d’amis mieux lotis. Nul besoin de réserver une salle, et ce choix donne un côté convivial en plus qui peut faire venir ceux de nos amis qui se pensent davantage portés sur la chips que sur l’écologie !

Pour rassembler un peu plus de monde, on peut, comme Florian, partir à l’assaut d’un lieu qui accueille du public, de la salle de quartier au cinéma. Une deuxième option pour laquelle « il vaut mieux s’entourer d’une petite équipe »,  conseille Florian !  Son équipe, il l’a trouvée grâce à Kamea Meah Films qui diffuse Artistes de la vie et En quête de sens, et accompagne ceux qui le souhaitent dans l’organisation des ciné-actions. Ses membres l’ont mis en lien avec Marion et Sandra, deux autres Grand-Lyonnaises motivées. À force de mails et de relances, c’est Marion qui a fini par établir des liens avec le cinéma Rex de Neuville-sur-Saône, au nord de Lyon, partant pour organiser deux projections à tarif réduit.

Sur place, animer pour fertiliser les déclics

L’important se joue dans les temps d’échange qui suivent la projection du documentaire. C’est le moment de donner des idées pour aller plus loin, « des billes très concrètes », insiste Florian. Si le film porte sur nos déchets, on parlera ainsi d’achats en vrac, de la possibilité de devenir ambassadeur de la réduction des déchets avec Mouvement de palier, ou encore de ramassages de déchets à organiser ensemble. On pourra aussi parler de ce qu’on ressent : Florian, Marion et Sandra ont aussi proposé à leur public de discuter avec leur voisin ou voisine de salle, de ce que le film leur avait apporté, et même de noter l’état d’esprit dans lequel ils étaient après la séance. Sur le tableau, on pouvait lire « idées », « envie », « force» , « espoir»… De beaux résultats qui donnent envie aux trois complices de continuer à sévir !

Justine Swordy-Borie

Photos : Ciné Caluire

Contact

Les ciné-actions de Florian, Marion et Sandra – Retrouvez-les sur Facebook ou sur leur site internet.

Ambassadeurs du changement

Envie de vous lancer pour répandre la transition autour de vous ? Devenez Ambassadeur du changement, Anciela vous accompagne !

Vos outils

Demandez-nous le mode d’emploi Ciné-défis !  

Cet article est initialement paru dans la rubrique Ça démarre du numéro 21 du Magazine Agir à Lyon et ses alentours, en février 2020. Le Magazine Agir à Lyon et ses alentours est un mensuel papier de 52 pages disponible sur abonnement.
Partager
FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail

Commenter