C’est face aux milliers de tonnes de déchets organiques brûlés dans nos incinérateurs que Gaétan et Vincent ont décidé de créer Les Alchimistes en 2018 : une solution de collecte et de compostage pour la restauration. Aujourd’hui, pour les cantines, restaurants collectifs ou encore mairies qui gèrent les marchés… plus d’excuse pour ne pas composter ses biodéchets !

Trouver les ingrédients pour une bonne recette

L’histoire commence bien avant que ne naissent Les Alchimistes… C’est d’abord lorsqu’il fonde Elise Lyon que Gaétan commence à s’engager dans le champ des déchets. Après 6 ans d’existence, cette entreprise adaptée (qui accueille des personnes en situation de handicap) de collecte et de tri des déchets de bureaux a trouvé des solutions pour recycler le plus localement possible le papier, le carton, les canettes, les gobelets de machine à café… Mais pour les déchets alimentaires, la solution reste encore à trouver ! « À l’époque, j’avais mis en place le compostage chez moi et je voyais bien que la réduction de la poubelle était énorme ! », se rappelle Gaétan.

Au même moment, à Villeurbanne, dans le quartier Saint-Jean, naissait la démarche Territoire Zéro Chômeur de longue durée, portée par ATD Quart-Monde et qui a pour ambition de créer de nouveaux emplois locaux pour des chômeurs de plus d’un an. Gaétan est alors séduit par le projet et en discute avec son ami Vincent. « À ce moment, je travaillais chez Véolia, à la valorisation des déchets. Au début, je me disais que c’était génial de pouvoir faire de l’énergie avec des déchets ! Et puis, je me suis rendu compte que le processus coûtait plus d’énergie qu’il n’en produisait, et que certains de nos déchets pouvaient vraiment être mieux traités, comme les biodéchets grâce au compostage de proximité ! », rapporte Vincent. « Alors, j’ai eu envie de sortir de ma zone de confort pour la cause. Avec Gaétan, on se connaissait depuis longtemps : on pouvait être complémentaires sur un projet comme ça, c’était rassurant ! »

Pour s’inspirer, ils partent à la rencontre d’une initiative menée à Bordeaux : Les Détritivores. « Leur idée était d’occuper des terrains inexploités en ville pour y installer de petites plateformes de compostage de proximité pour les restaurateurs, les cantines… », explique Vincent. Séduit par le modèle, le binôme décide de les suivre : c’est la naissance des Détritivores Lyon ! « Les Détritivores Bordeaux sont le point de départ de notre démarche : on n’était plus seuls et on avait des valeurs communes car ils travaillaient avec des personnes éloignées de l’emploi. Les rencontrer nous a confortés dans notre idée », affirme Gaétan.

Puis, chercher le meilleur chaudron

En septembre 2017, Vincent quitte son poste pour se consacrer pleinement au projet. Gaétan, lui, dégage 50 % de son temps. Grâce aux Détritivores Bordeaux et à leur accompagnement, ils avancent vite. Pour leur premier terrain, c’est la Métropole qui leur fait confiance en mettant à disposition un site à Saint-Jean afin d’installer la première plateforme de compostage. Terrain qui sera partagé avec Emerjean, l’entreprise créée pour la démarche Territoire Zéro Chômeur de longue durée, où des activités de maraîchage seront proposées en complément des activités de compostage. « À l’origine, ce terrain était une décharge à ciel ouvert, tout a été nettoyé avant qu’on se lance, avec des personnes d’Emerjean, dans la construction de nos cellules de compostage et des bacs de maraîchage. C’est une fierté pour nous de participer à la réhabilitation d’espaces en ville ! », raconte Andréa, première salariée des Détritivores, qui sera vite rejointe par Arthur et Jérémy.

Verser les ingrédients dans le chaudron et laisser mijoter

En juin 2018, Les Détritivores Lyon sont prêts et les premiers clients arrivent, comme la Ville de Villeurbanne pour ses marchés, ou encore la Région, pour ses cuisines centrales. « Progressivement, on a installé d’autres cellules de compostage pour agrandir la plateforme », explique Andréa. Car des clients, il y en a de nouveaux chaque semaine  : cantines, restaurants, établissements de santé, traiteurs, commerces alimentaires, et même des entreprises du tertiaire qui souhaitent mettre un bac de compostage à disposition de leurs salariés. « Pour eux, c’est un engagement. Certains, parce qu’ils produisent plus de 10 tonnes de déchets par an, y sont obligés, mais s’ils viennent vers nous, c’est qu’ils sont convaincus que c’est utile ! », affirme Andréa. 

Remuer et profiter du résultat

Une fois les clients équipés, place aux collecteurs-composteurs ! Chaque matin, Amine et Hamza, tous les deux salariés d’Emerjean, partent en tournée collecter les bacs. L’après-midi est consacré au traitement des biodéchets. Et pour cela, la petite équipe est assistée par une formidable machine ! Elle pèse et lève chaque bac avant de basculer son contenu sur le tapis de tri et de le broyer. Au passage, un « surtri » est effectué à la main pour enlever tous les indésirables comme le film alimentaire, la vaisselle dite compostable, qui en réalité ne l’est pas… Pour finir, la matière est emmenée en compostage où elle est mélangée avec du broyat de bois et régulièrement retournée avant d’être redistribuée, toujours en circuit court, aux clients, à des épiceries vrac pour la vente aux particuliers, ou encore à des maraîchers urbains. « Actuellement, la plateforme peut traiter jusqu’à 180 tonnes de biodéchets par an, soit 3,5 tonnes par semaine. On va devoir en ouvrir une autre bientôt. Avec ça, on pourra aussi fournir du compost aux agriculteurs ! », constate Andréa.

Pourquoi ne pas tester une nouvelle recette ?

Si l’activité a bien augmenté depuis le lancement, l’équipe continue toutefois d’expérimenter différentes techniques de compostage urbain, inspiré par ce qui émerge ailleurs. 

Au début de l’aventure, Gaëtan et Vincent étaient partis rencontrer Les Alchimistes à Paris, une initiative très proche des Détritivores. « La seule différence, c’est la technique de compostage appelée électro-mécanique, une technologie low-tech qui fonctionne grâce à des pales qui tournent presque en continu pour brasser le mélange déchets-broyat », explique Andréa. Évidemment, pour les Lyonnais, c’est une méthode à tester ! « Le résultat  nous a conquis : la montée en température est accélérée et le compostage beaucoup plus rapide ! Sur la même surface, on peut donc traiter plus de volume », ajoute-t-elle. Alors, après mûre réflexion, en février dernier, le choix est arrêté : « On a décidé de fusionner avec Les Alchimistes, ce qui a impliqué de changer notre nom ! » Les Détritivores Lyon deviennent donc Les Alchimistes Lyon.

Quelques étapes administratives plus tard, il s’agit maintenant de mettre en pratique ce nouveau choix sur le terrain : « On aimerait aujourd’hui ouvrir une deuxième plateforme sur le modèle des Alchimistes avec une grosse machine pour composter 700 tonnes de biodéchets par an. On cherche un site pour l’installer », précise Gaétan. « Et d’un autre côté, on réfléchit aussi à la collecte à vélo pour le centre de Lyon, afin d’éviter le transport en camion et tous les impacts que ça génère », annonce Andréa. Des perspectives prometteuses pour concevoir la recette parfaite qui transformera encore plus de déchets en terreau fertile !

Pauline Veillerot

Photos :  Alexis Long et Les Alchimistes

Contact

N’hésitez pas à contacter Les Alchimistes par mail et visiter leur site !

Cet article est initialement paru dans la rubrique Ça démarre du numéro 23 du Magazine Agir à Lyon et ses alentours, en avril 2020. Le Magazine Agir à Lyon et ses alentours est un mensuel papier de 52 pages disponible sur abonnement.
Partager
FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail