On le sait, le chauffage domestique a toujours été une source de pollution pour notre air, qu’il soit intérieur ou extérieur. Mais ce que l’on connaît moins, c’est que le mode de chauffage le plus polluant au 21e siècle, c’est le chauffage au bois en cheminée à foyer ouvert. Et oui, nos charmantes cheminées où l’on entend le bois craquer et brûler, peuvent représenter jusqu’à 70 % de la pollution de notre air en hiver…

Les anciens appareils de chauffage à bois sont la source d’une importante pollution de nos airs, intérieur et extérieur, avec un impact significatif sur la santé de tous les habitants alentour. On parle ici des cheminées à foyer ouvert, mais aussi de tout poêle ou insert ancien, peu étanche, où la combustion n’est pas efficace. La combustion trop incomplète du bois libère des particules fines, PM10 et PM2,5 : des micro-poussières de moins de 10 ou 2,5 micromètres, qui peuvent pénétrer profondément dans notre corps lorsqu’on les respire.

Un véritable problème de santé publique, car cette pollution de l’air est responsable de maladies respiratoires, cardiaques, et de cancers. En hiver, dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, les anciennes installations de chauffage au bois contribuent à 60 % des émissions de particules dans l’air et jusqu’à 70 % lors d’une journée de grand froid !

Aujourd’hui, près de 50 000 foyers de la métropole de Lyon se chauffent au bois, tout logement confondu, soit seulement 8% de la population. Une particularité : pour 59 % de ceux qui habitent en maison, c’est un mode de chauffage d’appoint non-indispensable, et qui pollue ainsi sans nécessité.

Une solution efficace : en changer !

Comme Michel, de plus en plus de Grands Lyonnais optent pour un nouveau poêle, plus performant et infiniment moins polluant. « Ma vieille cheminée prenait trop de place dans la pièce, ça chauffait très peu et comme j’ai vu qu’elle polluait, j’ai cherché à changer. Un copain avait installé un poêle moderne, alors j’ai pris modèle. Maintenant, je chauffe ma maison uniquement avec ça ! », raconte cet habitant de Feyzin ravi de son nouveau poêle d’une efficacité redoutable.

La prime Air-bois, un vrai coup de pouce

« C’est après l’installation que j’ai su que je pouvais toucher la prime Air-bois », explique Michel. Cette prime, c’est une aide financière attribuée par la Métropole de Lyon aux foyers qui remplacent leur ancien appareil de chauffage au bois par une installation labellisée « flamme verte », label qui garantit une bonne performance énergétique et de faibles émissions polluantes. Pour Amel, c’est au moment de la rénovation de la maison dans laquelle elle s’installait avec sa famille, qu’elle a opté pour un poêle à granulés. « On a eu droit à une prime de 1000 euros, c’est presque un quart du prix du poêle, c’est un vrai coup de pouce. Et derrière, ça a aussi énormément baissé notre facture de chauffage ! », poursuit cette habitante de Vénissieux, elle aussi contente de son mode de chauffage qu’elle décrit comme économique, sain et agréable. Quoi de plus pour convaincre ses amis, voisins ou sa petite famille de changer de cheminée ?

Marion de Kervern

Cet article est extrait du dossier « De l’air dans nos hivers » du Magazine Agir à Lyon et ses alentours numéro 22, mars 2020. Le Magazine Agir à Lyon et ses alentours est un mensuel papier de 52 pages disponible sur abonnement.
Partager
FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail

Commenter