Destinée à faciliter les échanges entre voisins et à donner une seconde vie aux objets oubliés dans les placards, la Partagère offre depuis 2018 un petit coin de partage dans le quartier. Miléna, engagée dès les premiers temps, a repris le flambeau au départ de Léa, la fondatrice. Épaulée par Mathieu, un voisin mobilisé dans le quartier, elle anime le collectif des habitants qui prend soin de cette boîte à partage dans toutes ses épreuves. Portrait d’une initiative que chaque coin de rue pourrait accueillir !

Un collectif en dialogue avec tout le quartier

Le collectif, qu’animent aujourd’hui Miléna et Mathieu, n’a pas chômé pour que les premiers plans de Léa prennent vie : démarche auprès de la mairie pour obtenir le droit d’installer la boîte, mobilisation d’une équipe d’habitants, sensibilisation de tous les voisins… et enfin conception de la boîte avec le soutien du père de Léa, un menuisier du quartier. La Partagère installée, le collectif s’est attelé au défi du quotidien : celui de s’assurer que la boîte reste propre et attirante pour les passants et permette l’échange d’objets entre voisins. « Parier sur le civisme n’est pas si facile », affirme Miléna, installée dans le 7e depuis quatre ans. D’autant plus difficile que cet objet atypique, s’il intéresse les curieux, déstabilise aussi les habitudes de certains voisins. « Elle n’est à personne car elle est à tout le monde », rappelle Miléna. Alors, pour conquérir les cœurs, le collectif parie sur le dialogue, et cela marche ! 

Ainsi, même lorsque des dégradations et un incendie ont failli avoir raison de la Partagère, le collectif a su rebondir. « Lorsqu’elle a brûlé, nous avons vécu des moments difficiles, nous étions surtout très tristes », confie Miléna. Cette période de doute a impulsé une mobilisation de tout le quartier. « Pendant un mois, chaque dimanche, à côté du marché, nous avons installé une table d’information, discuté avec les gens, recueilli des témoignages et de belles histoires de convivialité et de rencontres autour de la boîte », partage-t-elle. L’objectif : apporter aux élus municipaux la preuve tangible que la Partagère était plébiscitée par les habitants malgré la grogne d’une minorité. Une mobilisation qui a réaffirmé la confiance accordée par les habitants et ainsi La Partagère a-t-elle eu le droit de se réinstaller dans un délaissé urbain, à la croisée de la Grande rue de la Guillotière et de la rue de la Madeleine. 

Le totem de la place du partage

Devenue le totem de la Place du partage, ainsi nommée par les habitants, une placette qui accueille aussi composteurs, station Vélo’v et coin de biodiversité, la Partagère est un nœud de liens qui favorise la convivialité et la transition écologique dans le quartier. Une double mission que le collectif d’habitants a souhaité renforcer grâce à des événements festifs, organisés chaque saison sur cette placette citoyenne. 

La Partagère se réinvente pour la rentrée

« Entre les confinements, et devant la Partagère dégradée, le temps est venu de remettre la main à la pâte », explique Miléna qui énonce la suite des événements : « Rester fidèle à cette belle idée, rester accrochés à nos valeurs, peut-être modifier la conception de la Partagère, mobiliser et communiquer davantage, mais surtout la rebâtir encore ! »  

Ainsi après une campagne de communication, les premiers pas de cette renaissance sont franchis. Prochaines étapes : collecter du matériel, élaborer de nouvelles règles de fonctionnement, mobiliser des bricoleurs imaginatifs, et La Partagère va retrouver ses atours des premiers jours après un beau chemin déjà parcouru comme en témoigne Miléna : « Si voir des liens se créer entre les habitants n’est pas quantifiable, on en mesure la réalité dans les témoignages et la convivialité joyeuse vécue lors des évènements… »

Christine Ballu

Photo : Yvan  Mauxion

Ambassadeurs du changement

Envie de vous lancer pour répandre la transition autour de vous ? Devenez Ambassadeur du changement, Anciela vous accompagne !

Cet article est initialement paru dans la rubrique Tous ambassadeurs du numéro 37 du Magazine Agir à Lyon et ses alentours, en septembre 2021. Le Magazine Agir à Lyon et ses alentours est un mensuel papier de 52 pages disponible sur abonnement.
Partager
FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail