Lyonnaises, Lyonnais, l’heure est peut-être enfin venue de faire apparaître ce banc qui serait si pratique dans le square ou cette mare dont vous rêvez à côté de la crèche des enfants, grâce au budget participatif de la Ville de Lyon. Que vous soyez souvent de passage dans la ville des lumières ou que vous y résidiez, vos idées pour une ville plus écologique et conviviale n’attendent qu’à être déposées.

 

La Ville de Lyon met à disposition un budget de 12,5 millions d’euros pour financer les idées de celles et ceux qui vivent la ville au quotidien, à déposer jusqu’au 17 juin. Celles-ci seront ensuite sélectionnées par un vote des citoyens à l’automne prochain, puis réalisées par la Mairie. Une occasion à saisir pour multiplier les propositions pour des quartiers riches en nature et en convivialité.

Une partie du budget de la Ville réservé à nos idées

Comme Paris, Grigny, Grenoble, Villeurbanne (où l’édition 2022 vient d’ouvrir), la Ville de Lyon se lance dans un budget participatif. Une petite partie du budget d’investissement de la Ville sera réservée pour le financement d’actions et équipements proposés puis choisis par les citoyens. « Les habitantes et habitants peuvent ainsi participer directement à l’amélioration de leur quotidien, à la fabrique d’une ville où il fait bon vivre. Parce que la démocratie se vit chaque jour, elle ne se limite pas à un bulletin de vote tous les 6 ans ! », présente Chloë Vidal, adjointe à la démocratie locale.

Ce budget sera de 25 millions d’euros, divisés en 2 campagnes. Pour cette 1ère campagne, 12,5 millions d’euros seront investis. Cette somme devrait être répartie entre les quartiers de Lyon au prorata du nombre d’habitants, avec une partie réservée aux projets qui concernent la ville dans son ensemble. Le 8e arrondissement pourrait ainsi bénéficier d’une enveloppe d’1,7 millions d’euros, contre près de 606 000 € pour le 1er. De quoi financer de petits équipements, mais aussi de plus grands investissements : à titre d’exemple, le coût de l’installation d’un banc est de 1 000 €, tandis que la création d’un city stade revient environ à 120 000 €.

Si vous lisez ces lignes, il y a de fortes chances que vous puissiez participer. Les habitantes et habitants, les personnes qui travaillent ou étudient à Lyon, qui ont des enfants scolarisés à Lyon… toutes les personnes qui ont un lien régulier avec la ville des lumières, sans condition d’âge et de nationalité, pourront proposer des idées. Un collectif peut également déposer un projet.

Deux des 462 propositions déposées entre le 17 avril et le 9 mai 2022

Les actions qui peuvent être financées par le budget participatif

Les idées devront d’abord bénéficier à la ville et ses habitants, donc être prévues à Lyon et accessibles au plus grand nombre. Un projet dans une cour d’immeuble non accessible du public ne pourra ainsi pas être financé. Elles devront aussi pouvoir être réalisées dans un délai de deux ans.

À retenir aussi, le budget participatif vise des dépenses dites « d’investissement », c’est-à-dire des achats d’équipements, des travaux d’aménagement, prévus pour rester. Les idées sélectionnées ne devraient pas générer de coûts de fonctionnement trop importants pour la Ville (au-delà de l’entretien courant).

Enfin, il faudra s’efforcer de proposer des idées qui relèvent du domaine de compétence de la Ville : écoles, crèches, temps périscolaires, espaces verts, sport, culture, solidarité, éclairage public, médiathèques, mobilier urbain…

Il n’est pas parfois pas évident de savoir si une idée relève bien de dépenses d’investissement, ou de champs couverts par la Ville. Pour mieux comprendre, chacun peut se référer au mode d’emploi ou participer à l’un des ateliers proposés dans toute la ville. Mais, dans le doute, il vaut mieux proposer son idée même si l’on n’est pas sûr ! « Toutes les idées seront analysées, qu’elles qu’elles soient, par les services. On sait bien que les citoyens ne sont pas informés de tout notre cadre juridique et réglementaire, c’est le travail de la Ville de voir ce qui sera faisable ou non » rassure Chloë Vidal. Même les idées qui ne seront pas faisables à travers le budget participatif seront prises en en compte et feront l’objet d’une réponse argumentée, nous informent les services de la Ville.

A travers leur participation, les Lyonnaises et Lyonnais ont l’opportunité de montrer ce qui leur tient à cœur. « C’est aussi une manière de faire remonter les priorités des habitants et habitantes », complète Chloë Vidal. Un bilan sera en effet transmis aux élus pour leur communiquer les attentes qu’expriment les propositions.

Deux autres propositions déposées sur la plateforme « Oyé », sur les enjeux de convivialité

Nos idées de propositions pour des quartiers plus écologiques et solidaires

Nos espaces verts, nos cours d’école, nos gymnases, et de nombreux équipements éducatifs et sportifs sont autant de lieux gérés par la Ville dont nous pouvons nous saisir, à travers le budget participatif, pour accélérer la transition vers des quartiers écologiques et conviviaux.

Rêver des quartiers accueillants pour la nature

Au milieu du béton, chaque plante sauvage, chaque nichoir, chaque petite mare, peut être décisive pour proposer abri et nourriture aux petits animaux et participer à limiter l’effondrement de la biodiversité. Et si nous proposions de végétaliser la façade de la crèche du quartier avec des plantes grimpantes comme du lierre ou de la clématite (ou d’autres idées ici pour les crèches) ? D’installer une mare dans la cour d’école ? D’équiper le théâtre de nichoirs à hirondelles ? D’installer des gîtes à chauves-souris, nichoirs à mésanges, gîtes pour abeilles solitaires, dans les parcs de la ville, ou encore des parterres de fleurs sauvages aux abords du city stade ? De débarrasser le parking du gymnase de son béton, pour que l’eau de pluie puisse mieux redescendre dans les nappes ?

On pourrait aussi imaginer un affichage qui permette à chacun de mieux comprendre la biodiversité et notre impact sur elle, comme des panneaux « ici commence la Mer Méditerranée » près des cours d’eau ou des panneaux explicatifs dans les parcs.

Penser une ville conviviale et accueillante pour tous

Réfléchir aux équipements et à l’aménagement de notre ville, c’est aussi réfléchir à comment chacun peut y trouver sa place et s’y sentir bien. La création ou la remise en service de robinets d’eau potable pourra être utile à la fois aux personnes sans-abri et leurs animaux, mais aussi aux adeptes des gourdes. Les douches et toilettes publiques sont aussi des équipements qui rendent service aux plus précaires. Des bancs, des chaises, des tables à l’ombre en extérieur peuvent permettre à tous de se retrouver et, en période de fortes chaleurs, être des espaces de rencontre et de rafraîchissement précieux pour les plus vulnérables.

Nous pouvons aussi investir l’espace public avec des panneaux directionnels vers des lieux de la transition écologique, de la solidarité et de la culture pour permettre à chacun de mieux découvrir la ville et ses lieux.

À nos astuces pour favoriser le partage d’objets, vers des modes de vie zéro-déchet

Consommer moins d’objets, réduire ses déchets, développer la réparation, sont des défis au cœur de la transition écologique. On peut proposer d’équiper notre MJC de gobelets et couverts réutilisables à prêter (si elle est d’accord bien sûr) aux associations pour les fêtes de quartier, ou encore d’installer une objethèque et outilthèque dans la médiathèque pour emprunter au lieu d’acheter les appareils et outils qu’on utilise peu souvent. Pour favoriser le réemploi, on pourrait aussi imaginer une étagère à don à côté des bennes à verres, pour y disposer les bocaux dont nous n’avons plus besoin, qui seront utiles à d’autres au lieu d’être détruits.

Des idées pour mieux se déplacer en ville

Si les pistes cyclables relèvent plutôt des compétences de la Métropole, d’autres idées peuvent être déposées pour faciliter l’adoption de modes de vie écologiques. Si l’on pense au vélo, on peut imaginer demander l’installation de stationnements vélo sécurisés pour pouvoir utiliser un vélo électrique, cargo ou un peu fragile sans disposer d’un garage à vélo chez soi. Et n’oublions pas la marche : pourquoi ne pas poser des panneaux, de la signalétique au sol, des cartes qui indiqueraient et faciliteraient les itinéraires piétons ? Ou même, proposer la piétonisation d’une petite portion de rue pour encourager des déplacements à pied ou vélo et en faire un espace plus convivial ?

Des centaines d’idées peuvent être imaginées pour une ville plus écologique et conviviale. Anciela peut vous aider à réfléchir à une proposition utile pour la transition et sa faisabilité.

Du dépôt à la réalisation, le calendrier en trois étapes

Une fois votre idée en tête, il s’agit de la déposer sur la plateforme « Oyé » avant le 17 juin, en répondant à une petite dizaine de questions. Les idées seront ensuite analysées par les services de la Ville de Lyon, pour juger de leur faisabilité technique et financière.

À partir du mois de novembre 2022, toutes les idées faisables d’un point de vue juridique et technique seront soumises au vote des Lyonnaises et des Lyonnais. En 2023 et 2024, les projets lauréats du vote seront ensuite réalisés par la Ville.

Anciela à vos côtés : un événement et des échanges pour mieux comprendre

Vous avez envie de proposer une ou plusieurs idées pour contribuer à la transition écologique et solidaire de notre ville ? Anciela est à vos côtés. Nous organisons un atelier mardi 24 mai à la Maison de l’Environnement, de 18h30 à 20h30,pour permettre à celles et ceux qui le souhaitent de mieux comprendre le budget participatif et partager des idées utiles pour une ville écologique et solidaire. N’hésitez pas aussi à nous contacter si vous avez besoin d’aide pour préciser votre idée et qu’elle soit la plus fertile pour la transition.

Envie d’échanger sur votre idée ? Ecrivez à Lucille Perrin : lucille.perrin@anciela.info ou Fanny Viry : fanny.viry@anciela.info
Partager
FacebooktwitterlinkedinmailFacebooktwitterlinkedinmail